Emmanuel Wallon

Professeur de sociologie politique – Bureau F 346

Site personnel : http://e.wallon.free.fr

Contact : ewallon@u-paris10.fr

Résumé

Diplômé de Sciences Po Paris, docteur en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales, habilité à diriger des recherches en science politique, professeur de sociologie politique à l’Université Paris Ouest (Nanterre) et professeur invité au Centre d’études théâtrales de Louvain-la-Neuve (Belgique), ses travaux portent sur l’étude des politiques culturelles (européennes, nationales, territoriales) et l’analyse des rapports entre les arts et les pouvoirs à l’époque contemporaine. Membre du comité de rédaction des revues Les Temps Modernes (de 1995 à 2007), Études théâtrales (depuis 1993), L’Observatoire, la revue des politiques culturelles (depuis 2007), Nectart (depuis 2015), il a rejoint l’équipe de recherche en « Histoire des arts et des représentations » (EA 4414).

Auteur de A continent ouvert, Les politiques culturelles en Europe centrale et orientale (La Documentation française, Paris, 1992), il a dirigé divers ouvrages, parmi lesquels: L’artiste, le prince, Pouvoirs publics et création (Presses universitaires de Grenoble, 1991); Le temps de l’artiste, le temps du politique  (avec B. Masson, Les Cahiers du Renard, n°15, Paris, décembre 1993); Théâtre en pièces, Le texte en éclats, (Études théâtrales, n°13, Louvain-la-Neuve, 1998), La souveraineté,  Horizons et figures de la politique (avec M. Kail, Les Temps Modernes n°610, Paris, 2000) ; Le cirque au risque de l’art (Actes Sud, Paris, 2002, nouvelle édition 2013); Paris s’éveilleLes Temps Modernes, n° 617, Paris, janvier-février 2002 (avec M. Deguy & J.-F. Louette), Europe, scènes peu communes (Études théâtrales, Louvain-la-Neuve, n° 37, février 2007) et Théâtre, fabrique d’Europe (Études théâtrales, Louvain-la-Neuve, n° 46, décembre 2009) ; Scènes de la critique, Actes Sud-Papiers, Arles, 2015 ; Théâtre en travail, Mutations des métiers du spectacle (toujours) vivant (codir. avec M. Poirson), Théâtre/Public, n°217, juillet 2015. Il a publié de nombreux articles dans des revues et des ouvrages collectifs, notamment une vingtaine d’articles du Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959 (E. de Waresquiel, dir., Larousse, Paris, 2001), plusieurs notices pour l’Encyclopædia Universalis (Universalia 2001, 2005, Corpus 2007), le Dictionnaire encyclopédique du théâtre à travers le monde (Michel Corvin, dir., nouvelle édition, Bordas, Paris, 2008) et la Documentation française, ainsi que la postface de Qu’est-ce que le théâtre ? (C. Biet & C. Triau, Gallimard, Folio « Essais », Paris, 2006).

Président de Hors les Murs, association nationale pour le développement des arts de la rue et de la piste de 1998 à 2003, il a réalisé de 2003 à 2005 une étude pour le ministre de la Culture sur les Sources et ressources pour le spectacle vivant (Paris, 2005, publiée en ligne sur le site www.culture.gouv.fr). Il est depuis 2012 membre fondateur du collectif « Pour l’éducation, par l’art ».

 

Synthèse de la carrière

 

Le diplôme de l’Institut d’études politiques de Paris, obtenu en 1976, un DEA en sciences économiques et sociales, passé en 1978, puis un doctorat en sociologie, également soutenu à l’EHESS en 1984, m’ont fourni les outils indispensables pour analyser l’exercice de l’autorité publique et la dynamique des mouvements sociaux. Ma thèse s’efforçait de montrer en quoi la genèse d’une formation sociale (celle de l’industrie soviétique) procédait des présupposés idéologiques de ses inspirateurs, mais aussi des stratégies d’adaptation déployées par ses agents à tous les niveaux de la hiérarchie. Mes recherches se sont ensuite orientées peu à peu vers des questions qui se situent à la jonction entre le niveau symbolique et le niveau politique de la représentation. Les deux sens de la notion de scène – propre et figuré – entraient dès lors en jeu. J’ai commencé à cerner celle-ci dans deux cadres bien distincts : d’une part en observant de près le rôle des artistes et des intellectuels dans l’essor des oppositions démocratiques en Europe centrale et orientale ; d’autre part en examinant les effets des réformes territoriales dans le champ culturel en France. Nous étions alors au milieu des années 1980. Mes débuts dans la carrière de chercheur, ainsi qu’un engagement en faveur du pluralisme syndical et politique dans cette « autre Europe » qui amorçait sa transition, m’attachaient encore au premier sujet. En plein élan de décentralisation, le second thème nourrissait les enseignements qu’on me demandait d’assurer comme vacataire, puis comme adjoint d’enseignement à l’Université ; mon penchant personnel, l’intérêt des étudiants, l’attente des professionnels, la demande des cadres administratifs et des élus locaux voulurent qu’il l’emportât.

L’initiative des collectivités territoriales dans le domaine culturel, mais aussi les ambitions ministérielles, l’action des associations et la pratique des professionnels des diverses disciplines artistiques constituèrent mes principaux thèmes d’étude de 1986 à 1991. Durant une saison entière, une collaboration étroite avec le Théâtre de Nanterre-Amandiers, alors dirigé par Patrice Chéreau, m’a familiarisé avec les réalités de la production théâtrale. Les enquêtes de terrain alternaient avec les voyages d’étude, les cours en licence avec les prestations en formation continue et les colloques avec les publications quand je fus recruté comme maître de conférences en science politique à Paris X Nanterre, en 1991. J’eus alors soin de hiérarchiser, pour mieux arbitrer en faveur de la deuxième, deux orientations de recherche qui risquaient de se concurrencer. D’abord, la rédaction d’un ouvrage (À continent ouvert, Les politiques culturelles en Europe centrale et orientale, Paris : La Documentation française, 1990) m’a permis de décrire les mutations artistiques et culturelles que les changements de régime hâtaient au centre de l’Europe. Ensuite, l’habilitation à diriger des recherches (HDR), soutenue en juin 1992, m’a donné l’occasion de faire le point sur la méthodologie de l’analyse des politiques culturelles, afin d’ouvrir la voie à des démarches comparatives dans l’ensemble de l’Europe aussi bien qu’à des approches disciplinaires dans le contexte français.

La connaissance des conditions économiques, sociales et politiques qui entourent la création artistique et qui influencent sa réception est nécessaire à l’analyse critique des œuvres. Elle favorise aussi la préparation des étudiants aux rigueurs de la recherche ou aux réalités de l’insertion professionnelle. J’ai consacré depuis lors la majeure partie de mes recherches et de mes enseignements à la réflexion sur les rapports entre les arts et les pouvoirs aux XXe et XXIe siècles. Cette spécialisation toujours plus affirmée a motivé mon passage de la 4e section du Conseil national des universités, à laquelle je fus d’abord rattaché, à la 18e section qui m’a qualifié en 2000, puis de nouveau en 2005, date de mon recrutement sur un poste de professeur de sociologie politique des arts dans cette même université, désormais baptisée Paris Ouest Nanterre La Défense.

Mes activités pédagogiques interviennent donc à la croisée de plusieurs disciplines, puisqu’elles mobilisent les sciences sociales tout en sollicitant l’histoire de l’art et l’esthétique. Les questions qui m’occupent ont pris de l’importance dans les cursus d’études théâtrales et les troisièmes cycles d’administration culturelle où j’enseigne, ainsi que dans la formation continue des professionnels du spectacle dont je préside les jurys. J’y voue l’essentiel de mon service dans trois UFR (DSP, SSA et PHILLIA), notamment au sein du département des Arts du spectacle. Le Centre d’études théâtrales de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve, en Belgique, m’a par ailleurs confié un cours de sociologie du théâtre que j’assure régulièrement depuis 1993, et depuis 2006 en qualité de professeur invité. J’ai en outre effectué des séjours de durée variable à l’invitation de diverses universités étrangères, en particulier à Montréal (UQAM), Bologne (Università degli Studi), Urbino (idem) et Naples (Università Suor Orsola di Benincasa), Tokyo (Waseda et Todai) à cinq reprises (de 2005 à mai 2014), durant un semestre entier comme Visiting Professor au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge (États-Unis), à l’Académie d’État Vaganova de Saint-Pétersbourg (Russie) et à l’Université fédérale de Bahia (UFBA, Brésil), sans compter diverses conférences pour les universités ou hautes écoles de La Havane, Lausanne, Milan, Londres, Salvator de Bahia et Santiago-du-Chili (mai 2015).

Titulaire d’une HDR depuis 1992, je dirige de nombreuses thèses dans le domaine des arts et quelques unes encore en science politique, qui m’ont valu l’octroi de la prime d’encadrement doctoral et de recherche (PEDR) en 2007-2010, 2011-2015 et 2016-2019. Je suis fréquemment invité à siéger dans des jurys de thèse ou de HDR, dès lors que leurs sujets impliquent les sciences sociales à travers l’histoire des faits culturels, l’étude des institutions artistiques ou l’analyse des politiques publiques dans ces domaines. En relation avec les enseignants-chercheurs de ces spécialités, de nombreux étudiants souhaitent que j’encadre leurs mémoires de recherche en master. Je conseille aussi dans leurs travaux des doctorants et chercheurs étrangers accueillis en post-doctorat (langues parlées : anglais, italien, allemand).

Activité scientifique

  1. Présentation des thématiques de recherche

 

  • Grands axes de recherche

 

– Politiques et pratiques culturelles dans le monde contemporain. Relations entre les arts et les pouvoirs en France et en Europe aux XXe et XXIe siècles.

– Espaces, figures et formes de la représentation ; articulation du domaine politique et du champ artistique ; sociologie politique de la création et de la réception des œuvres d’art.

– Modes de production, circuits de diffusion et publics des arts de la scène (théâtre et spectacles).

– Diplomatie culturelle, institutions culturelles et industries culturelles.

– Problèmes d’éducation artistique et culturelle en France et dans le monde.

– Approche pluridisciplinaire des transformations de la fonction critique.

– Sociologie des professions artistiques et culturelles.

  • Apports dans les domaines concernés

 

– Analyse de l’environnement politique, économique et social de la création artistique en général et des arts du spectacle en particulier, dans une perspective comparatiste au niveau européen.

– Direction de travaux de recherche en science politique, en sociologie et en études théâtrales, de la maîtrise au doctorat, sur les questions relatives aux rapports entre création artistique et pouvoirs publics.

– Collaboration à des programmes d’étude et de recherche associant le ministère de la Culture, des organismes relevant de sa tutelle ou des collectivités territoriales.

– Participation active à des programmes de recherche et à des colloques internationaux concernant les échanges artistiques, la diplomatie culturelle, la représentation des conflits et des violences du XXe siècle, les conditions politiques et économiques de la création artistique, les modalités sociales de la réception des œuvres, les enjeux, méthodes et supports de la critique, le développement de l’éducation artistique, l’évolution des professions et des formations artistiques et culturelles.

 

Mes activités de recherche se sont déployées sur deux plans distincts bien qu’articulés l’un à l’autre. L’étude des rapports entre les arts et les pouvoirs dans l’Europe contemporaine reste prioritaire. Elle s’applique plus spécifiquement au domaine théâtral, ne serait-ce qu’en raison du rôle éminent que les gens de scène jouèrent hier et revendiquent encore dans la formulation des exigences publiques à l’égard de la culture. Parmi les genres voisins, la danse, le cirque, les arts de la rue et des marionnettes font l’objet d’une attention aiguë car leur reconnaissance officielle est allée de pair avec leur renouveau esthétique. L’examen du lien entre expression artistique et identité culturelle – c’est-à-dire entre représentations singulières, mémoires individuelles et histoire collective – m’occupe dans une moindre mesure. La forte sensibilité de ces thèmes dans les pays du centre et du sud-est du continent européen motive toutefois quelques contributions.

Le premier domaine demeurait en large part inexploré lorsque j’ai dirigé le recueil L’artiste, le prince, Pouvoirs publics et création (Presses universitaires de Grenoble, 1991). Il relève maintenant d’une spécialité consacrée par de nombreux ouvrages, dont le Dictionnaire des politiques culturelles en France depuis 1945 (E. de Waresquiel [dir.], Paris : Larousse et CNRS Éditions, 2001) pour lequel j’ai fourni une vingtaine d’articles, ou les recueils de la Documentation française auxquels je collabore régulièrement. Dans les publications suivantes, j’ai approfondi mes travaux sur les étapes historiques de l’intervention des collectivités publiques dans le champ culturel, les modalités concrètes de celle-ci vis-à-vis du théâtre et des autres arts du spectacle, les intérêts économiques et sociaux ou les influences idéologiques que reflètent les décisions administratives et budgétaires dans des matières où règne une forte subjectivité. Un ample examen des archives, ainsi que des échanges constants avec les acteurs – auteurs, artistes, interprètes, pédagogues, administrateurs, responsables d’établissements culturels et d’associations – me permettent de mettre en lumière les ressorts des discours et des choix des autorités dans le champ culturel depuis 1945. Les disciplines de la scène, dont les protagonistes animent volontiers le débat public face aux ministres, élus et fonctionnaires, ont suscité maintes communications dans des colloques en France et à l’étranger, plusieurs ouvrages collectifs et articles de revues scientifiques, des conférences et à des réalisations de divers ordres. Un volumineux rapport, commandé par le ministre de la Culture, lui a été remis avec une base de données informatisée, fin 2005, concernant les relations que la production et la diffusion des spectacles entretiennent avec les ressources immatérielles, autrement dit avec les archives, les statistiques, l’expertise et la formation.

Les incursions dans le second domaine se sont raréfiées. Cependant le rôle notoire que les écrivains et les artistes ont assumé dans les guerres d’ex-Yougoslavie, sur le « théâtre des opérations » mais aussi parmi les pays observateurs, a suscité des écrits nourris par les contacts établis sur place avec des universitaires de Belgrade, Zagreb, Sarajevo et Pristina. Il s’agissait de déceler dans les modalités de l’engagement intellectuel, voire dans les formes de la représentation littéraire, théâtrale ou cinématographique, les facteurs et les effets des tensions qui se sont exacerbées dans les Balkans au nom de l’origine ou de l’identité. De même, les causes sociales, culturelles et linguistiques des affrontements civils en Algérie, compte tenu de leurs conséquences pour la France, avaient nourri un ouvrage collectif, réalisé avec des collègues des deux rives de la Méditerranée (Demain l’Algérie, E. Wallon & G. Ignasse [dir.], Paris : Syros, 1995). Depuis 2011, mon intérêt pour le rôle de l’art et de la culture dans les transitions démocratiques a également motivé des contributions à des colloques et conférences sur les bouleversements politiques qui agitent le Maghreb et le Machrek.

L’orientation de l’équipe d’accueil “Représentation, Recherches théâtrales et cinématographiques” (EA 3458) et sa pluridisciplinarité constitutive en faisaient un cadre approprié à mes investigations. Cette équipe est devenue en 2009 un pilier de la nouvelle EA 4414, “Histoire des arts et des représentations” (aujourd’hui dirigée par Ségolène Le Men et Hervé Joubert-Laurencin) où je continue d’assurer des responsabilités dans la conception et la mise en œuvre des programmes. La majorité des thèses que je dirige relèvent de l’École doctorale Lettres, langues, spectacles, quelques unes étant néanmoins suivies au sein de l’École doctorale de Sciences juridiques et politiques. J’encadre enfin, en tant que garant, la préparation d’une HDR qui portera sur la sociologie de la chanson française et de ses médiations.

Mes travaux les plus récents ont porté sur la résurgence du thème de l’éducation artistique dans les réformes scolaires et les politiques culturelles, sur les nouvelles modalités du soutien des puissances publiques à la création, le rôle des arts de la scène dans la perception de l’idée européenne, la logique politique et la dynamique économique des échanges artistiques internationaux, la concurrence culturelle entre les métropoles dites « créatives », le développement des relations avec les publics, les contradictions de la médiation culturelle, enfin sur les mutations des métiers du spectacle vivant.

Durant les trois dernières années, j’ai coordonné pour l’équipe HAR et dans le cadre du Labex Arts-H2H un projet interdisciplinaire sur les rapports de la critique à la création, qui a débouché sur un ouvrage, des publications en ligne et un colloque international dont les actes sont en préparation. Parmi les chantiers en cours, je me penche sur les transformations de la production, de la circulation et de la réception des œuvres d’art à l’ère numérique, car la réflexion sur les responsabilités publiques vis-à-vis de la création, notamment dans le secteur du spectacle vivant, exige d’affronter le débat théorique sur les implications esthétiques des techniques et usages liés à l’essor des industries culturelles. Ces travaux me semblent indispensables pour stimuler une pensée du rapport entre art et société.

  1. Cinq publications significatives parmi celles citées en annexe

– E. Wallon, Postface à Christian Biet et Christophe Triau, Qu’est-ce que le théâtre ?, Gallimard (« Folio Essais »), Paris, janvier 2006, p. 931-983 et notes p. 1007-1009 (traduction japonaise parue chez Kokusho, Tokyo, 2009).

– E. Wallon (dir.), Théâtre, fabrique d’Europe  Études théâtrales, n° 46/2009, et Europe, scènes peu communes, Études théâtrales, n° 37/2006, Louvain-la-Neuve.

– E.W., “Portrait de l’artiste en témoin, Les guerres yougoslaves de la page à l’écran”, in Les mises en scène de la guerre au XXe siècle : théâtre et cinéma, D. Lescot & L. Véray (dir.), Nouveau Monde éd., Paris, 2010, p. 381-417.

– E.W., “Le festival international, un système relationnel”, in Les relations culturelles internationales au XXe siècle, De la diplomatie culturelle à l’acculturation, A. Dulphy, R. Frank, M-A. Matard-Bonucci & P. Ory (dir.), Éd. Peter Lang, Bruxelles, 2011, p. 363 à 383.

– E. Wallon (dir.), Scènes de la critique, Les mutations de la critique dans les arts de la scène (dont « Introduction : La fonction critique à l’épreuve du théâtre »), Actes Sud Papiers, Arles, 2015.

Nota bene : La liste des publications fournie en annexe opère une distinction entre « Questions européennes et internationales » d’une part,  « Politiques culturelles » et « Théâtre et spectacles » d’autre part, tant pour les ouvrages et les actes que pour les articles parus dans des revues à comité de lecture, ou encore dans le cadre de la diffusion de la recherche. Ce classement conserve un caractère arbitraire, puisque l’objectif d’une sociologie politique des arts consiste justement à explorer les croisements entre les enjeux esthétiques et les logiques sociales ou politiques. Mes recherches ont parfois inspiré des interventions dans la presse et des entretiens à finalité pédagogique, qui ne sont pas mentionnés ici.

  1. Encadrement et animation de la recherche (* Actes publiés – ** En cours de publication)
  • Direction, animation laboratoires et équipes de recherche
  • Directeur du Centre de recherche et d’intervention pour l’éducation permanente (CRIEP) de 1985 à 1990. Soutien aux projets de recherche individuels des enseignants de la formation continue ; coordination des recherches sur le devenir professionnel des stagiaires de l’éducation permanente ainsi que sur le contenu des formations initiales et continues en rapport avec les carrières de l’administration.
  • Rattaché au Laboratoire d’analyse des systèmes politiques (LASP), dirigé par Michel Dobry (Paris X-Nanterre), de 1991 à 2001.
  • Membre de l’équipe de recherche “Représentation” (EA 3458, Recherches théâtrales et cinématographiques), dirigée par Christian Biet (Paris X-Nanterre), depuis 2002, intégrée à l’équipe de recherche “Histoire des arts et des représentations” (EA 4414) en 2009. Coresponsable de la sous-équipe « Recherches théâtrales ». Participation au projet “Seth”, soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR) en 2007-2009.
  • Responsable du programme « La critique comme création » (2013-2015) dans le cadre du Labex Arts H2H.
  • Bénéficiaire de la prime de recherche et d’encadrement doctoral (PEDR) en 2007-2010, de la prime d’excellence scientifique en 2011-2015, de la PEDR en 2016-2019.

                       

  • Organisation de colloques, conférences, journées d’étude

Organisation ou direction scientifique des colloques :

–  « Poursuites », cycle de rencontres au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, organisé de concert avec Marcel Bozonnet, Christophe Blandin-Estournet, Claire David, Jacques Nichet, Béatrice Picon-Vallin, de 1997 à 2000 (actes partiellement publiés par Actes Sud-Papiers).

– « Arzalafac », cycle de conférences organisé avec la Délégation aux affaires culturelles de l’Université  de Paris X-Nanterre, en 2001, 2002, 2003.

– Journées d’étude de la licence en Administration du spectacle, organisées avec le Théâtre Nanterre-Amandiers en 1999, 2005 et 2006, le Parc de la Villette en 2000, 2001, 2003.

– « Penser la création artistique aujourd’hui », colloque international organisé avec le concours de l’Université Paris X-Nanterre, du Collège international de philosophie (Paris) et de l’Institut supérieur des arts et la Maison des hautes études “Don Fernando Ortiz” de l’Université de La Havane (Cuba),  du 16 au 18 septembre 2004.

– « L’accès au spectacle vivant, Fréquentations et circulations, Disparité des territoires et dispositifs d’intervention », colloque national à l’initiative des fédérations Arts vivants et départements, Arts du spectacle, régions et développement, Bruxelles, 8-10 novembre 2006.

– “Évaluer les effets de l’éducation artistique et culturelle”, membre du comité scientifique (présidé par Emmanuel Fraisse) et modérateur de séance pour le Symposium international organisé avec l’INRP, le Ministère de la Culture et le Centre Georges Pompidou, 10-12 janvier 2007 (actes publiés par le Centre Georges Pompidou).*

– « Les guerres de Yougoslavie à la scène et à l’écran», table ronde publique organisée pour Les Rencontres de l’histoire, Blois, 10 octobre 2008.

– « Théâtre européen : la scène du doute ? », colloque international  conçu et organisé au Centre d’études théâtrales de l’Université catholique de Louvain, 6 décembre 2008 (actes publiés par Études théâtrales).*

–  “Scènes françaises et japonaises au XXe siècle: allers/retours”, colloque international conçu et organisé avec l’Université Waseda (Tokyo), l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’Université Paris 7, le CNRS, à la Maison des Cultures du Monde, la Maison de la culture du Japon à Paris et la Bibliothèque nationale de France, du 25 au 27 novembre 2009. *

–  Membre du comité scientifique de préparation du colloque international « Après la guerre » avec le concours de l’EA 4414 HAR, de l’Université Paris 8 Saint-Denis et de l’Institut national d’histoire de l’art, à partir de janvier 2010.*

  • Membre du comité scientifique et d’organisation du 1er Séminaire international de formation et qualification des personnels du secteur culturel, Teatro Vila Velha, Salvador de Bahia, Université fédérale de Salvador de Bahia (Brésil), 28-30 mai 2012.*
  • Membre du comité scientifique et d’organisation du cycle de séminaires sur « La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Comité d’histoire du ministère de la Culture et Centre d’histoire de Sciences Po Paris, octobre 2012 – juillet 2014.*
  • Référent scientifique pour l’étude de l’association H/F Île-de-France sur les trajectoires professionnelles des femmes diplômées de formations supérieures en théâtre en Ile-de-France en 2013.
  • Membre du conseil scientifique et du conseil d’administration du congrès international sur l’éducation artistique aux arts de la scène (IDEA 2013) à Paris, 8-13 juillet 2013.**
  • Concepteur et animateur du cycle « Thionville: du TLP au NEST : une histoire singulière de la décentralisation théâtrale », NEST, Centre dramatique national Thionville-Lorraine, 16 novembre 2013 et 8 février 2014.
  • Coordinateur du colloque national « Les défis de l’éducation artistique et culturelle pour tous,

– Membre du comité de suivi du projet « Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre », Labex « Les Passés dans le présent », à partir de mars 2014.

  • Membre du conseil scientifique du colloque national « La critique de l’art contemporain : relations, formes, pratiques et écritures actuelles », 6 et 7 novembre 2014, Pavillon Carré de Baudouin, Paris.*
  • Conception (avec Martial Poirson) et modération (« Le salaire de la scène », 9 juillet) du cycle « Les métamorphoses du métier » pour les Ateliers de la pensée » du Festival d’Avignon, Site Pasteur de l’Université d’Avignon, avec des auteurs de la revue Théâtre/Public, 7-10 juillet 2014.
  • Membre du conseil scientifique du colloque international « Résiliences et regards croisés sur l’engagement citoyen », Bâtiment Le France (CNRS), 19 et 20 novembre 2015.*
  • Communications à des colloques internationaux : (détail en annexe)

Trois à six communications par an ; sélection sur 2012-2015 :

  • Conférence inaugurale et intervention au 1er Séminaire international de formation et qualification des personnels du secteur culturel, Teatro Vila Velha, Salvador de Bahia, Université fédérale de Salvador de Bahia (Brésil), 28 mai 2012.**
  • « Théâtre militant ou art politique? Un demi-siècle de controverses et d’expériences », communication à la Journée d’hommage à Vaclav Havel, Villeneuve-lès-Avignon, 15 juillet 2012.
  • «The impact of the economic crisis on the performing arts sector in France », au colloque international « Subsidy, Patronage & Sponsorship : Theatre and Performance Culture in Uncertain Times », Hochhauser Auditorium in the Sackler Centre for Arts Education at the Victoria & Albert Museum, Londres, 19-23 juillet 2012.**
  • « Union frileuse désire Europe créative: les contradictions de la stratégie culturelle communautaire », communication au Campus international Les Rencontres, Cité internationale universitaire de Paris – collège d’Espagne, 23 novembre 2012.
  • « Hospitalités traductrices: retours sur les motifs du Radeau », communication pour « Confusion de genres », Journée d’étude franco-italienne autour de l’œuvre de Jean-Paul Manganaro, Université Paris Ouest Nanterre, 12 décembre 2012.*
  • « Shaping cultural policy in a time of crisis », Centre culturel Onassis, Athènes, 13 mars 2013.
  • « L’éducation artistique est-elle devenue un enjeu mondial? », conférence d’ouverture au Congrès mondial pour l’éducation artistique IDEA 2013, Théâtre de l’Odéon, Paris, 9 juillet 2013.*
  • « ACT Democracy », Symposium final, « L’esthétique adoucit-elle les mœurs? De l’exposition des œuvres à l’éduction par l’art », Centre culturel Belgrade (serbie), 6 et 7 mars 2014.*
  • « Reconstructions immatérielles – matérielles », colloque Ila Souria 0.2, Faculté de l’Aménagement de l’Université de Montréal, 3-4 avril 2014.
  • « Place du théâtre, Forme de la ville », Colloque international à Nantes, École nationale supérieure d’architecture (ESA), Grand T et Lieu Unique, 13-14 novembre 2014.*
  • « La contribution de la culture à la sortie de la crise: opportunités et limites », Rencontres de Lille, 3ème Campus européen, Hôtel de la Région Nord-Pas-de-Calais, Lille, 6 novembre 2014.**
  • « Les paradoxes de la “refondation” du système éducatif français sous l’influence du néolibéralisme », Chaire Foucault 2015, Universidad de Chile, Santiago, 5 mai 2015.*
  • « L’évaluation des politiques culturelles locales », 7es Journées d’économie de la culture et de la communication, Grand Auditorium de la BNF Tolbiac, 25 septembre 2015.*
  • « Bosnie-Herzégovine, vingt ans après : plaies de guerre et chantiers de paix », introduction et modération de la table ronde, colloque Ila Souria 0.3 « Résiliences et regards croisés sur l’engagement citoyen », Bâtiment Le France (CNRS), 19 et 20 novembre 2015.*
  • Introduction, intervention « Pour une sociologie politique de la critique »* et conclusion du colloque international « Critique ó Création. Une pensée traversée par les arts/des œuvres porteuses de critique » ; Théâtre des Abbesses et INHA, Paris, 10, 11, 12 décembre 2015.**
  • Communications à des colloques nationaux : (détail en annexe)

Deux à six communications par an ; sélection sur 2012-2015:

  • Direction de thèses et autres travaux (détail en annexe)

Direction de thèses : huit thèses de doctorat soutenues, six abandons pour cause d’insertion professionnelle, onze thèses en cours (voir liste en annexe).

– Encadrement de post-doctorats : Deolinda Vilhena da Franca, enseignante-chercheuse en études théâtrales à l’Université fédérale de Sao Paulo (Brésil), de décembre 2009 à juin 2010.

– Accueil et suivi de chercheurs et doctorants étrangers : Yukiko Nagashima (Université de Tokyo), d’octobre 2010 à juin 2011 ; Seigo Tanokuchi (Université Waseda, Tokyo), d’octobre 2010 à septembre 2011, Fabiana Siqueira Fontana (Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro), d’octobre 2011 à juin 2012 ; Ildikó Ságodi (Université de Théâtre et de Film à Budapest) de novembre 2011 à février 2012 ; Mariko Oka-Fukuroi, professeure de politiques culturelles (Aoyama Gakuin University, Graduate School of Cultural and Creative Studies) ; Kyuwon Kim, docteur sud-coréen et chercheur en politiques culturelles (Korea Culture and Tourism Institute) octobre-décembre 2013 ; Gustavo Guenzburger, doctorant brésilien, en stage sous la direction de Claudia Poncioni à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle, février 2014 ; Giulia Emma Innocenti Malini, doctorante de l’Université catholique de Milan (cotutelle), février 2015 ; Hervé Guay, professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières, juin-décembre 2016.

Direction de mémoires de DEA ou de M2 recherche en études théâtrales à Paris X ou Paris Ouest Nanterre : trois ou quatre mémoires par an.

– Direction de mémoires de maîtrise ou de M1 recherche en études théâtrales: trois ou quatre mémoires par an (détail en annexe).

– Direction de mémoire en M2 recherche au Centre d’études théâtrales (CET) de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve : trois ou quatre mémoires par an (voir exemples en annexe).

– Direction de mémoires de maîtrise ou M1 de recherche en science politique : trois ou quatre mémoires par an (détail en annexe).

– Direction de mémoires en M2 professionnel  « Consultant culturel » à Paris X-Nanterre : deux mémoires par an en 2005 et 2006  (détail en annexe).

  • Réseaux de recherche

 

– Membre du réseau interuniversitaire “Arts de ville” de recherche en Esthétique dans les arts de la rue (projet soutenu par le ministère de la Culture en 2006-2008).

– Correspondant du Labex « Les passés dans le présent », depuis 2013.

– Partenaire du Labex Arts H2H, depuis 2012.

  1. Valorisation de la recherche
  • Sources et ressources pour le spectacle vivant, Rapport au ministre de la Culture et de la Communication, Paris, juillet 2005, 750 pages environ, publié en ligne sur le site du ministère en février 2006.
  • Ellipse, Sources et ressources du spectacle vivant, Base de données sur cédérom et en ligne sur le site du ministère de la Culture (www.culture.gouv.fr) réalisée sous la direction d’Emmanuel Wallon, avec la collaboration d’Élisabeth Élie (et le concours d’Eva Lovato), livrée en décembre 2004.
  1. Rayonnement : échanges internationaux (participation à un réseau de recherche, invitations dans des universités étrangères…)
  • Università degli Studi di Trento (Italie) : contribution au colloque « Il management publico della cultura » en novembre 1991, intervention sur « De l’éducation à la création et retour » au colloque « Le politiche culturale in Europa », en novembre 1995 à Trente ; intervention sur « Programmation et financement du spectacle dans les régions européennes» à la Convention du spectacle vivant en Lombardie, le 23 janvier 1995 à Milan ; consultation (sans participation) pour le comité scientifique du colloque « Feste e festival : rigenerare le communità, verificare le lingue », en novembre 2004 à Trente.
  • Université catholique de Louvain (UCL, Belgique), Centre d’études théâtrales, encadrement de travaux de recherche depuis 1993.
  • Universités de Bir Zeit, Bethleem, Naplouse (Cisjordanie), avril 1994 et mai 1995, conférences dans le cadre du programme européen Med-Campus.
  • Université de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine), trois séjours dans le cadre de l’accord de coopération avec Paris X en 1995, 1996, 1998 ; vice-président de l’association Paris X-Sarajevo, coordination d’un programme européen de coopération en relation avec l’Université Paris VIII-Saint-Denis.
  • Università degli Studi di Bologna (Italie), septembre 2001 et septembre 2002, conférences au Départements des arts, de la musique et des spectacles (DAMS).
  • Conférences à Stanford University, Harvard College, Boston College, Boston et Cambridge (Mass., États-Unis), en octobre 2001.
  • Conférences à l’Università degli Studi di Urbino (Italie), septembre 2003
  • Université de La Havane (Cuba), Institut supérieur des arts et Casa de Altos Estudios « Don Fernando Ortiz » (Maison des hautes études) : coordination du colloque international « Penser la création artistique aujourd’hui », septembre 2004 ; conférence dans le cadre de la chaire Voltaire, juin 2007 ; mise en place d’un accord de coopération entre la Casa de Altos Estudios et Paris Ouest Nanterre en relation avec l’ISP-LASP (Institut des sciences sociales du politique) en 2007.
  • Université Waseda à Tokyo (Japon), invitation pour un cycle de conférences en décembre 2004, septembre 2005 et mars 2008 ; mise en place d’un accord de coopération en 2005.
  • Massachusetts Institute of Technology (MIT), Cambridge (Mass.), États-Unis, conférences les 27 et 28 septembre 2007 ; activités de recherche et d’échanges avec la Faculté des langues et littératures étrangères (FLL) et le Center for Media Studies (CMS) de février à juin 2009.
  • Conférence à l’Université fédérale de Bahia, Salvador de Bahia, (Brésil), 31 mars 2008.
  • Conférence sur « Les esthétiques des arts de la rue » à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), 8 octobre 2008.
  • Conférence sur « Les politiques du théâtre et des spectacles en Europe » pour les masters des universités de Milan (Bocconi, Politecnico, IULM, Università Cattolica, Università Statale di Milano, Scuola Paolo Grassi), au Centre culturel français de Milan, 28 janvier 2010.
  • Conférence sur « L’impact des réformes administratives sur les politiques culturelles territoriales en France », Université de Tokyo (Todai), mai 2011.
  • Conférences sur « L’organisation des enseignements artistiques supérieurs en Europe », Université Waseda, mai 2011.
  • Séminaire sur « L’environnement politique et économique des échanges européens dans le domaine du spectacle vivant », à l’Académie d’État Vaganova, Saint-Pétersbourg (5 séances de 4 heures), du 30 mai au 3 juin 2011, et négociation d’une convention de coopération.
  • Conférences sur « La question de l’engagement politique dans le théâtre français contemporain » et « Les politiques culturelles en France face à l’alternance de 2012 », Université Waseda, 18 juin 2012.
  • Conférence sur « Street arts, from Political Contestation to Urban Regeneration: A Sociological Perspective », au Goldsmiths College, University of London, Department of Drama, Londres, 30 janvier 2013.
  • Conférence sur « La légitimation des politiques culturelles en Europe: une approche historique et comparative (origines, objectifs, instances, discours, référentiels, budgets, instruments, pratiques) » pour le Diplôme en gestion culturelle des Universités de Lausanne et de Genève, Université de Lausanne, EPFL, 23 septembre 2013.
  • Conférences sur « Guerre, catastrophes et violences de l’ère contemporaine dans le théâtre européen », sur « La politique culturelle de l’État et les dynamiques métropolitaines dans la troisième phase de la décentralisation » et sur les « Perspectives des politiques culturelles européennes en période de crise, Université Waseda, 14-22 avril 2014.
  • Conférences pour la Chaire Foucault à l’Université de Santiago-du-Chili (avec l’Institut français) sur « Culture et éducation : politiques de l’expérimentation », 2-8 mai 2015.
  • Expertise (organismes nationaux ou internationaux)

 

  • Responsabilités éditoriales

 

  • Nectart, nouvelle revue de politiques culturelles (éditions L’Attribut, Toulouse), depuis novembre 2014.

– Évaluateur pour les revues Culture & Musées (Avignon), Pôle Sud (Montpellier), depuis 2014.

  • Participation à des jurys de thèse et de HDR

– Membre de jurys de thèse : (nombre de soutenances entre parenthèses)

à Paris X ou Paris Ouest Nanterre (26), Paris III (5), Paris I (1), Paris VII Diderot (1), IRP Paris (1) Louvain-la-Neuve (1), Lyon II (1), Grenoble (1), Besançon II (1), Montpellier III (2), Sciences Po Paris (1), EHESS (1), Paris VIII (1).

– Membre de jury d’habilitation à diriger des recherches (HDR) : Philippe Chaudoir, à Lyon II (2006), Philippe Goudard à Montpellier III (2010), Daniel Urrutiaguer à Paris 3 (2011, président du jury), Sylvie Roques, à Paris Ouest (2014), Marie-Christine Bordeaux, Université d’Avignon (CNAM, 2015).

  • Diffusion du savoir
  • Conférences en milieu professionnel et pour la formation continue: cinq à quinze par an (détail en annexe)
  • Conférence sur « Le débat sur les référentiels de l’action culturelle publique en France » pour le séminaire de recherche « Arts et culture. Européanisation, internationalisation, mondialisation » (2012-2013), Institut d’études européennes, Université Paris 8 Saint-Denis, 11 avril 2013.
  • Intervention sur « Les rapports de la critique à la création (perspectives interdisciplinaires)» au séminaire doctoral d’histoire de l’art de Thierry Dufrêne, INHA, Paris, 29 janvier 2015.
  • Conférence pour le séminaire interdisciplinaire de l’École doctorale ALLPH@ (Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication): « Politiques culturelles et enjeux de l’intermédialité pour le théâtre contemporain », Université de Toulouse – Jean Jaurès, 21 juin 2015.
  1. Autres : responsabilités associatives

Activités pédagogiques :

  1. Présentation de l’activité d’enseignement

 

À l’exception des cours signalés ci-dessous par un astérisque*, j’ai créé tous mes enseignements pour répondre aux besoins des filières concernées. Ils s’exercent dans trois UFR (DSP, SSA, Phillia) et certaines années dans la formation continue. Le thème central des politiques culturelles en France et en Europe, mais aussi des rapports entre arts et pouvoirs d’une façon plus générale, y est abordé à la lumière d’une sociologie politique des arts soucieuse de comprendre les logiques des acteurs dans leurs milieux respectifs, de manière différente selon les cursus, en tenant compte du niveau et des spécialités des étudiants, en science politique, en sociologie ou en arts du spectacle. L’ensemble représente un volume supérieur à mes obligations de service, dans le strict respect des règles relatives à la PES toutefois.

 

  1. Présentation synthétique des enseignements par niveau

  1. Direction et animation de formations, dont partenariats internationaux
  1. Rayonnement et activités internationales

Professeur invité de “Sociologie du théâtre” au Centre d’études théâtrales de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve depuis 2006, et chargé de cours invité depuis 1993.

– Professeur invité à l’Université du Québec à Montréal (UQAM, Québec), cours semestriel (niveau master) à l’École supérieure de théâtre en septembre et octobre 2001 : « Théâtre et politique : les coulisses du conflit ».

– Professeur invité au Massachusetts Institute of Technology (MIT), Cambridge (Mass.), États-Unis, de janvier à juin 2009, pour deux cours semestriels à la Faculté des langues et littératures étrangères (FLL) : « Culture et pouvoirs en France au XXe siècle » et « Art et création en France, entre l’État et l’industrie » (avec utilisation systématique de techniques pédagogiques multimédia).

– Professeur invité par la Chaire Foucault à l’Université de Santiago-du-Chili (avec l’Institut français) pour des conférences sur « Culture et éducation », mai 2015.

 

Responsabilités Collectives

  1. Présentation générale des responsabilités particulières

– Rattaché au Centre d’éducation permanente (CEP) de l’Université Paris X en tant qu’adjoint d’enseignement en sciences économiques et sociales de 1986 à 1991, puis de maître de conférences en science politique de 1991 à 2005, j’y ai assumé plusieurs responsabilités : chargé de mission, coordinateur de filière, responsable de projet pour la formation continue des personnels de la fonction publique territoriale.

  1. Responsabilités administratives

 

  1. Responsabilités dans les projets et la vie collective de l’établissement 

 

  • Missions

– Représentant du Département des arts du spectacle de Paris Ouest Nanterre dans la concertation avec le MNESR (DGESIP) et le MCC (SG et DGCA) sur la nomenclature des diplômes de master, de novembre 2013 à février 2014.

 

  • Gestion de projets :

– Recrutement et gestion d’une équipe pédagogique d’une vingtaine d’enseignants universitaires et d’intervenants professionnels.

  1. Responsabilités et mandats nationaux, ou régionaux

 

  • Participations à des instances nationales – CNU, CNRS…-, conseils des EPCS, jurys de concours

– Membre de la commission de spécialistes en Science politique (4e section du CNU) de 1991 à 2006

– Membre de la commission consultative de discipline (CCD) en Arts (18e section) depuis 2009.

– Membre interne ou externe de comités de sélection en Arts (18e section) et en Science politique pour des recrutements sur des postes de professeur ou de maître de conférences.

– Président du comité de sélection pour le recrutement d’un professeur en études théâtrales à Paris Ouest (mai 2016).

Emmanuel WALLON

Annexes

Liste classée des publications :

  • Ouvrages individuels
  • Direction d’ouvrages collectifs

Théâtre, fabrique d’Europe (dir.),  Études théâtrales, n° 46/2009, Louvain-la-Neuve (dont “Avant-propos”, p. 7-8, « Introduction », p. 11-32, et “Conclusion”, p. 149-152).

Scènes de la critique, Les mutations de la critique dans les arts de la scène (dir.), Actes Sud Papiers, Arles, en librairie le 18 mars 2015 (dont Introduction : « La fonction critique à l’épreuve du théâtre »).

Théâtre en travail, Mutations des métiers du spectacle vivant (dir. avec Martial Poirson), Théâtre/Public, n°217, juillet 2015, dont Introduction, « Cent fois sur le métier… », p. 4-6, « Devenir artiste, L’attraction des formations artistiques et les obstacles à la formation professionnelle », p. 81-87, et quatre entretiens, p. 28-32, p. 33-41, 100-102, 117-123.

  • « Perdre le nord. Le malaise postcolonial dans le théâtre de Koltès », in Yannick Butel, Christophe Bident, Christophe Triau & Arnaud Maïsetti (dir.), Koltès maintenant et autres métamorphoses, LEIA, Université de Caen, Vol. 18., Peter Lang, Bruxelles, 2010, p. 275-296.
  • « Le théâtre et les spectacles » et « Le spectacle vivant en chiffres », in Philippe Poirrier (dir.), Politiques et pratiques de la culture, La Documentation française, coll. « Les Notices », Paris, 2010, p. 113-127 et 128-135 (voir nouvelle édition en avril 2016).
  • « Pénétrer la frontière : un théâtre du franchissement”, in « Les Frontières liquides », Alternatives théâtrales, hors série n°9, Bruxelles, 2012, p. 15-22.
  • « Seuils de pénétration : la traversée du spectateur », in Camille Dumoulié, Anne Robin & Luca Salza (dir.), Croisement d’écritures – France-Italie. Hommage à Jean-Paul Manganaro, Éditions Mimésis, Milan, 2015, p. 215 à 234.
  • « L’éducation théâtrale : réponses locales à un enjeu global », introduction à Théâtre et éducation dans le monde, Joëlle Aden (dir.), Lansman, Bruxelles, 2015, p. 13-24.

[• « Le théâtre et les spectacles » et « Le spectacle vivant en chiffres en 2016 », « L’éducation artistique», in Philippe Poirrier (dir.), Politiques et pratiques de la culture, La Documentation française, coll. « Les Notices », Paris, édition actualisée et refondue à paraître en avril 2016.]

• “Parlez-vous citoyen ?” (la querelle sur la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires), in Les Temps Modernes, n° 608, mars-avril-mai 2000, p. 136-140. • “L’accès aux œuvres et les industries culturelles”, in Esprit, n° 5 (dossier « Les impasses de la politique culturelle »), mai 2004, p. 73 à 84.

  • « La passion selon Jeanne Laurent », in Théâtre S, Presses universitaires de Rennes, n°22, décembre 2005, p. 171-173.
  • “Soutenir la création: les enjeux de la mutation française”, in « Création artistique : quelle action publique? »,
  • « La démocratisation culturelle, un horizon d’action », in Les Cahiers français, n° 348, La Documentation française, Paris, janvier-février 2009, p. 79-86.
  • « La logique des pôles et ses limites dans le domaine culturel », in L’Observatoire, La revue des politiques culturelles, n° 36 Grenoble, janvier 2010, p. 76-82.
  • « Une vision instrumentale de la culture », entretien in Mouvement, n°55, Paris, avril-juin 2010, propos recueillis par Jean-Marc Adolphe, p. 99-105.
  • « Une chance historique pour l’éducation artistique et culturelle », in La Revue socialiste, dossier « Culture », n°47, juin 2012.
  • « L’art périlleux du décentrement », recension in L’Observatoire, La revue des politiques culturelles, n° 40, Grenoble, été 2012, p. 84-85.
  • « De droite à gauche, la politique culturelle en balance », recension in L’Observatoire, La revue des politiques culturelles, Grenoble, n° 41, hiver 2012-2013, p. 80-81.
  • « Peut mieux faire, La difficile gestation d’un plan national pour l’éducation artistique », in L’Observatoire, La revue des politiques culturelles, Grenoble, n° 42, été 2013, p. 20-24.
  • « La bataille de l’art à l’école », in Raison présente, dossier « Figures de spectateurs », n°187, 3e trimestre 2013, p. 75-78.
  • « ”Villes créatives” : la compétition culturelle entre les métropoles » (version bilingue français-anglais) in Alternatives théâtrales, hors série « Villes en scène – Cities On Stage », janvier 2014, p. 27 à 35.
  • « Avis de turbulences pour les politiques culturelles territoriales », in Nectart, n°1, 2e semestre 2015, p. 68-77.
  • “La passion selon Jeanne Laurent”, in Théâtre(s), n° 22, Presses universitaires de Rennes, décembre 2005, p. 171-173.
  • « Le cirque s’écrit au pluriel », in Arts de la piste n° 37, février 2006.
  • « Les trois foyers du Théâtre du Soleil », entretien paru en anglais (E-U) dans Theater magazine, Yale University (États-Unis), n° 36.2, décembre 2005, propos recueillis par Tom Sellar (inédit en français).
  • « Le théâtre public en quête de repères », in Esprit, juin 2007, p. 126-147.
  • “Exhibition exponentielle” et “Expériences d’extraversion : les aléas de la performance dans l’espace public”, in « Postérité de la performance en France: la dissémination de la notion d’expérience à travers les arts » (cahier coordonné par E. Wallon), Théâtre/Public, n° 191, L’avant-garde américaine et l’Europe, II. Impact, Paris, janvier 2009, p. 80-81 et p. 91-95.
  • “L’impromptu de Bobigny”, in La Scène, n° 51, Nantes, décembre 2008, p. 26-27.
  • «Airbus et bunraku, Les relations franco-japonaises de l’art à l’industrie », in Théâtre/Public, n° 197, novembre 2010, p. 106-111.
  • « Extension du domaine de la scène, Un théâtre sans capitale », in Bernard Debroux & Sylvie Martin-Lahmani (dir.), Le théâtre en sa ville, Alternatives Théâtrales n° 109, Bruxelles, coédition Théâtre de la Ville, Paris, 2011, p. 4-11.
  • « Paris, scène capitale, l’État et la ville aux prises avec le marché des spectacles », in Théâtre/Public, n° 207, janvier-mars 2013, p. 63-70.
  • « L’ère des programmateurs, Des centres dramatiques aux scènes publiques, des troupes aux compagnies, du théâtre au spectacle », in L’Autruche, n°3, Comédie de Genève, octobre 2013, p. 8-11.
  • « “Pur présent”. L’implication et l’épopée (et l’échappée), de la Bosnie à la Syrie », in Carte blanche à Olivier Py, Théâtre/Public, n° 213, juin 2014.
  • « Le Théâtre du Radeau ou le faire pensant contre le faire spectacle », in Éric Vautrin (dir.), Variations Radeau, Théâtre/Public, n° 214, sept.-déc. 2014, [en ligne] : http://recherchesradeau.org/tp214/ew
  • « Donner lieu, Dissémination du théâtre, condensation de l’expérience », in Marcel Freydefont & Luc Boucris (dir.), Place du théâtre, forme de la ville, Théâtre/Public n° 215, janvier 2015.
  • « L’avenir d’une crise, Une décennie de transformations dans les professions du spectacle vivant » (avec Martial Poirson), in Revue d’histoire du théâtre, n° 2015-3, octobre 2015, p. 479-499.

  • Conférences, congrès et colloques à communication

(conférences internationales à comité de lecture et actes publiés)

 (* Publié – ** Publication en cours) .

  • « L’empreinte de la crise économique dans le domaine culturel », Les Rencontres de Pécs (Hongrie), 4 mars 2010.**
  • « Culture and the Policies of Change », Culture Watch Europe, Conseil de l’Europe, Bruxelles, 7 septembre 2010.**
  • « Culture régionales et citoyenneté européenne, un binôme possible ?», Les Rencontres de Saint-Brieuc, La Passerelle, Scène nationale, 18 septembre 2010.
  • « Performing (in) the public space », « Urban Rythm », Symposium à la Biennale internationale d’architecture du paysage de Bat-Yam (Israël), 27 septembre 2010.
  • « Quel musée pour le spectacle vivant ? », colloque international à l’INHA et à la BNF, 22 octobre 2010.*
  • « Les territoires de la danse en Europe », colloque international, Torino Danza, Turin, 26 octobre 2011.
  • « Frontières liquides », journée d’étude de l’Union des théâtres d’Europe (UTE), MC93, Bobigny, 12 février 2012.**
  • Conférence inaugurale du colloque international « The Border, An Unavoidable Concept ? », Université autonome de Barcelone (GRAE), 1er-3 mars 2012.**
  • Conférence inaugurale et intervention au 1er Séminaire international de formation et qualification des personnels du secteur culturel, Teatro Vila Velha, Salvador de Bahia, Université fédérale de Salvador de Bahia (Brésil), 28 mai 2012.**
  • «The impact of the economic crisis on the performing arts sector in France », au colloque international « Subsidy, Patronage & Sponsorship : Theatre and Performance Culture in Uncertain Times », Hochhauser Auditorium in the Sackler Centre for Arts Education at the Victoria & Albert Museum, Londres, 19-23 juillet 2012.**
  • Ila Souria 02, Intervention sur « Guerre dans la culture et culture de paix: vingt ans après, la difficile reconstruction d’une société civile en Bosnie-Herzégovine (1994-2014) », Faculté de l’Aménagement, Université de Montréal, 3-4 avril 2014.*
  • « Lo sviluppo culturale come esigenza strategica per il futuro dell’Europa », conférence à l’Institut français de Florence, 21 mai 2014, et communication sur « Les échanges européens en danse contemporaine », NID Platform Pise (par retransmission vidéo depuis Florence), 22 mai 2014.
  • « La contribution de la culture à la sortie de la crise: opportunités et limites », Rencontres de Lille, 3ème Campus européen, Hôtel de la Région Nord-Pas-de-Calais, Lille, 6 novembre 2014.**
  • « Place du théâtre, Forme de la ville », séance « Interfaces et reconfigurations théâtrales et urbaines », École nationale supérieure d’architecture (ENSA), Nantes, 1314 novembre 2014.*
  • « Les paradoxes de la “refondation” du système éducatif français sous l’influence du néolibéralisme », Chaire Foucault 2015, Universidad de Chile, Santiago, 5 mai 2015.*
  • « L’évaluation des politiques culturelles locales », 7es Journées d’économie de la culture et de la communication, Grand Auditorium de la BNF Tolbiac, 25 septembre 2015.*
  • « Bosnie-Herzégovine, vingt ans après : plaies de guerre et chantiers de paix », introduction et modération de la table ronde, colloque Ila Souria 03 « Résiliences et regards croisés sur l’engagement citoyen », Bâtiment Le France (CNRS), 19 et 20 novembre 2015.*
  • Introduction, intervention « Pour une sociologie politique de la critique »* et conclusion du colloque international « Critique ó Création. Une pensée traversée par les arts/des œuvres porteuses de critique » ; Théâtre des Abbesses et INHA, Paris, 10, 11, 12 décembre 2015.**
  • “Les métropoles françaises au tournant des politiques culturelles”, Association des maires des grandes villes de France (AMGVF), Cité de l’architecture, Paris (16 octobre 2007).*
  • “L’événement au musée”, Colloque “Partages” au Musée du Louvre (11 avril 2008).*
  • “La gouvernance des politiques d’éducation artistique sur le territoire”, Chambéry (29 mai 2008).
  • Archives et spectacle vivant : panorama, perspectives et usages historiens», Bibliothèque nationale de France (23 octobre 2009).
  • « Koltès maintenant », Université Paris 7 Denis Diderot (12-14 novembre 2009).**
  • « Le cri, la parole, de la guerre à la création artistique », Atelier de la pensée dirigé par Denis Laborde (EHESS-CNRS), Fondation Royaumont, 2 octobre 2011, Odéon-Théâtre de l’Europe, 3 octobre 2011.
  • « Le théâtre public, entre l’État et le marché (1982-2012) », colloque organisé par Christian Biet (Paris Ouest Nanterre), Marion Denizot (Rennes 2), Laurent Fleury (Paris-Diderot), Stéphanie Loncle (Caen), Odéon – Théâtre de l’Europe, 12 mars 2012.**
  • « Éducation artistique et démocratisation culturelle des années 1960 à nos jours », cycle de séminaires sur « La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine », Comité d’histoire du ministère de la Culture, Centre d’histoire de Sciences Po Paris, 10 décembre 2012.*
  • « Hospitalités traductrices: retours sur les motifs du Radeau », Confusion de genres, journées d’études en hommage à Jean-Paul Manganaro, Université Paris Ouest Nanterre, 12 décembre 2012.*
  • « Programmation culturelle et gouvernance locale », cycle de séminaires sur « La fabrique de la programmation culturelle », Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, 6 février 2013.**
  • « Un théâtre d’art pour tous : les formes nouvelles d’une utopie centenaire », NEST, Centre dramatique national de Thionville-Lorraine, 16 novembre 2013.

• « Consommateur ou citoyen ? Adresse au public et rôles du spectateur », NEST, Centre dramatique national de Thionville-Lorraine, 8 février 2014.

  • « Éducation artistique et culturelle : de l’expérimentation à la mise en œuvre », communication « L’EAC peut-elle être le socle des politiques publiques de la culture ? », Journées La Scène, Théâtre Sorano, Toulouse, 15 mai 2013.
  • « La résidence d’artistes en milieux scolaire et éducatif », Enfance, Arts et Langages, École normale supérieure de Lyon, 25 septembre 2013.*
  • « Variations Radeau », contribution à l’atelier «Prendre le temps de restituer, dans l’espace public, les constituants», La Fonderie, Le Mans, 11-12 avril 2014.*
  • « Les oublis dans l’histoire du théâtre », journée d’étude de la Bibliothèque nationale de France (BNF-DAS), la Société d’histoire du théâtre (SHT) et l’Université Rennes 2, table ronde « L’oubli au prisme du numérique », BnF (site Richelieu), Paris, 16 mai 2014.**
  • « L‘autonomie des formations et de la recherche », Réseau pour l’association d’universités et d’établissements (RESAU), Université Panthéon-Sorbonne, 10 juin 2014.
  • « Les défis de l’éducation artistique et culturelle pour tous, de la maternelle à l’université», introduction à la séance « Faire, éprouver, réfléchir : le rôle de l’éducation artistique dans le développement de l’enfant et de l’adolescent à l’ère numérique », Sénat, salle Clémenceau, en présence des ministres de la Culture et de l’Éducation nationale, 23 juin 2014.*

Direction de thèses :

  • Nombre de thèses soutenues et nombre de thèses en cours :

Huit thèses de doctorat soutenues, cinq abandons pour cause d’insertion professionnelle, douze thèses en cours, une thèse en cotutelle franco-italienne en cours d’inscription.

  • Liste des thèses soutenues :
  • Maria-Angela DE ANDRADE, « La gestion et l’organisation des échanges internationaux de théâtre et de danse », thèse de doctorat en science politique soutenue en novembre 2001, mention très honorable avec les félicitations du jury – débouché professionnel: surintendante des affaires culturelles pour le gouvernement de l’État de Bahia (Brésil), puis consultante indépendante.
  • Jean-Marie V. LOGONYA, « La théâtralité dans les stratégies de communication des hommes politiques contemporains » (codirection à 20% avec Philippe Ivernel à 80%), thèse de doctorat en études théâtrales, soutenue à Louvain-la-Neuve en juillet 2001, avec mention « grande distinction » – débouché professionnel: administrateur directeur général de l’Agence congolaise de presse.
  • Sylvie SAINT-CYR, « Le jeune public et l’opéra » (codirection à 80%, avec Robert Abirached à 20%), thèse de doctorat en études théâtrales soutenue à Paris X en novembre 2003, mention très honorable avec les félicitations du jury, publiée en deux volumes (L’Harmattan, Paris, 2006)  – débouché professionnel: secrétaire générale de l’Opéra de Rouen, puis société Carmen Concept.
  • Anne CUISSET, «Le théâtre français aux États-Unis. Modalités d’exportation et conditions de réception », thèse de doctorat en études théâtrales, soutenue le 1er juillet 2005, mention très honorable avec les félicitations du jury – débouché professionnel: secrétaire générale du Centre dramatique national d’Orléans-Loiret.
  • Marie-Lise FAYET, « Les orientations culturelles du Parti communiste français », thèse de doctorat en science politique en cours, soutenue le 18 janvier 2011 à Paris Ouest, très honorable – débouché professionnel: directrice du théâtre Victor-Hugo à Bagneux.
  • Léa VALETTE, « Les lieux de la critique théâtrale en France, 1964-1981, Enjeux esthétiques et convictions politiques », thèse pour le doctorat en études théâtrales, inscrite en décembre 2006 à Paris Ouest, soutenue le 4 novembre 2014, mention très honorable avec les félicitations du jury – ATER, qualification en cours.
  • Mathilde SEMPÉ, “Les politiques régionales du livre: le cas de la Bretagne”, thèse pour le doctorat en science politique, inscrite en novembre 2008 à Paris Ouest – boursière, soutenu le 8 décembre 2014, mention très honorable avec les félicitations du jury, ATER, qualification en cours.
  • Laetitia DUMONT-LEWI, “Portraits de l’histrion en auteur. Dario Fo ou les représentations d’un homme-théâtre”, thèse pour le doctorat en études théâtrales, inscrite en octobre 2009 à Paris Ouest, soutenue le 4 novembre 2014, mention très honorable avec les félicitations du jury – normalienne, ATER à l’ENS Ulm, qualifiée en 14e et 18e section du CNU.
  • Devenir des docteurs :

Thèses soutenues : voir détail après chaque docteur mentionné ci-dessus (débouché professionnel)

Abandons pour cause d’insertion professionnelle :

  • Claire Lintignat, « Profession, auteur dramatique. Passages de l’écriture à la scène », thèse de doctorat en études théâtrales, depuis novembre 2003, abandon pour cause d’insertion professionnelle à la SACD en 2007.
  • Maria Chiara Prodi, « Du concert au baladeur. Les orchestres symphoniques dans les radios de service public en Europe », thèse de doctorat en études théâtrales, depuis décembre 2005, abandon pour cause d’insertion professionnelle à l’Opéra-Comique en décembre 2008.
  • Marion Franquet, « L’expertise en danse contemporaine », thèse de doctorat en études théâtrales, depuis novembre 2004 – abandon pour cause d’insertion professionnelle comme chargée de mission à Culture O Centre en juin 2011.
  • Mélanie Monforte, « Le Conseil de la création artistique sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Les vicissitudes de la fonction de conseil dans le champ de la politique culturelle de l’État», thèse de doctorat en science politique, depuis novembre 2010 à Paris Ouest, abandon pour cause d’insertion professionnelle au site Nonfiction.fr
  • Prunelle Gillet, « L’engagement des artistes dans la médiation. Idéaux démocratiques et expériences esthétiques à travers les pratiques d’action culturelle dans les lieux dits ”intermédiaires” d’Île de France », thèse de doctorat en études théâtrales, depuis décembre 2010 à Paris Ouest, abandon pour cause d’insertion professionnelle.
  • Shintaro Fujii, “Théâtre et identité dans les politiques culturelles de la Flandre et du Québec”, thèse de doctorat en études théâtrales, depuis novembre 2007 à Paris Ouest – professeur à l’Université Waseda (Tokyo) – suspendue depuis 2012 pour assurer la direction du Département d’études théâtrales de cette université.
  • Liste des thèses en cours: (direction à 100% sauf mention contraire)

11 thèses en cours au sein de l’ED 138 (LLS) :

 

  • Émilie CHEHILITA, “La société du spectacle sous le regard du théâtre”, thèse de doctorat en études théâtrales, en cours depuis novembre 2009 à Paris Ouest – boursière, soutenance prévue en 2016.
  • Meziane BOUDJEMA, « Le théâtre algérien contemporain (1980- 2010), Mise en scène des mémoires, écritures du présent », thèse de doctorat en études théâtrales, en cours depuis novembre 2009 à Paris Ouest.
  • Vincent DUSSAIWOIR, « Pour une histoire de la déclamation de l’alexandrin » (codirection à 50% avec Christian Biet), thèse de doctorat en études théâtrales (Université catholique de Louvain et Université Paris Ouest Nanterre), en cours depuis novembre 2009 à Paris Ouest et à Louvain-la-Neuve – comédien.
  • Carlotta Eva AMODEO, « Le corps engagé, Les implications politiques des spectacles de cirque contemporain », », thèse de doctorat en études théâtrales, en cours depuis novembre 2010 à Paris Ouest.
  • Seigo TANOKUCHI, « Un théâtre polémique, L’actualité problématique de Jean Giraudoux, son interprétation scénique et sa réception critique de la IIIe République à nos jours. », thèse de doctorat en études théâtrales, en cours depuis novembre 2011 à Paris Ouest – assistant au Département d’études théâtrales de l’Université Waseda, soutenance prévue en 2016.
  • Emma PASQUER, « La place des disciplines non théâtrales dans la formation professionnelle de l’acteur en France aujourd’hui », », thèse de doctorat en études théâtrales, en cours depuis octobre 2012 à Paris Ouest – comédienne.
  • Fang LIU, «Les échanges franco-chinois dans le domaine du spectacle vivant de 1999 à 2012, de l’opération diplomatique à la coopération décentralisée », thèse de doctorat en études théâtrales, en cours depuis novembre 2012 à Paris Ouest.
  • Souria SALHI-GRANDI, « Présence et représentation des femmes dans le théâtre algérien des années 1970 à nos jours », thèse de doctorat en études théâtrales, en cours depuis novembre 2012 à Paris Ouest, boursière du Conseil régionale d’Île-de-France pour l’aide à la mobilité.
  • Irène KIRSCH, « La reconnaissance de l’université comme acteur culturel global, de l’offre de formation à la coopération internationale: le cas du Brésil et l’exemple du spectacle vivant, 1995-2015 », thèse de doctorat en Arts du spectacle en cours depuis novembre 2013 – Attachée de coopération linguistique à l’Ambassade de France au Chili.
  • Louise COURANT, « Partenariats, complémentarité et représentations dans les projets d’éducation musicale au collège : collaborations entre le monde enseignant et artistique », thèse de doctorat en Arts du spectacle en cours depuis octobre 2015, chargée de mission au ministère de la Culture et de la Communication.
  • Giulia Emma INNOCENTI MALINI, “Fonti, metodi e strumenti di ricerca e intervento nel teatro sociale in italia dal 1998 ad oggi – Sources, méthodes et outils de recherche et d’intervention dans le théâtre social en Italie de 1998 à aujourd’hui”, thèse de doctorat en études humanistiques en cotutelle franco-italienne sous la codirection de Claudio Bernardi pour l’Université Catholique de Milan (50%) et d’Emmanuel Wallon (50%) pour l’Université Paris Ouest, inscription en janvier 2016.

1 projet de thèse accepté à l’ED 141 (DSP) :

[• Nermina TRBONJA, « Sois un homme, mon frère. Une analyse genrée du phénomène des combattants étrangers en Ukraine, en Irak et en Syrie dans le contexte sociopolitique de la Bosnie-Herzégovine », thèse pour le doctorat en science politique, inscription prévue en octobre 2016, chercheuse et analyse à l’ONG Women in War, Sarajevo.]

  • Habilitation à diriger des recherches (garant)

 

  • Cécile PRÉVOST-THOMAS, « Sociologie de la chanson francophone et de ses médiations », maître de conférences en sociologie à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, inscription en cours.