IMAGES DU CAMBODGE : MYTHE, HISTOIRE ET ART CONTEMPORAIN

Porteurs du projet : Patrick Nardin, Soko Phay-Vakalis 

Quarante ans après le génocide, qui a laissé une société dévastée, il est nécessaire de témoigner, par des manifestations culturelles et scientifiques, de la survivance et de la créativité d’un pays qui a connu l’élimination de masse et la destruction d’une communauté artistique. La reconstruction politique, économique et culturelle du Cambodge est difficile ; dans ce contexte dramatique, les artistes ont joué un rôle essentiel, en particulier par un travail de transmission des arts traditionnels à la nouvelle génération. Mais les jeunes artistes cambodgiens sont en quête de renouvellement ; en questionnant le passé, ils cherchent aujourd’hui à comprendre la complexité de notre époque et à relever les défis de la mondialisation.

« L’identité cambodgienne » se construit entre deux pôles extrêmes : d’un côté la splendeur d’Angkor, et de l’autre l’horreur des années khmères rouges. Dans cet entre-deux, l’équilibre est fragile et incertain. Si le Cambodge hante les imaginaires contemporains, en particulier Angkor, qui n’est pas seulement un vestige archéologique, mais un mythe actif soutenant depuis le XIXe siècle une création littéraire et cinématographique, ce sont les effets des années de terreur qui façonnent la société : corruption généralisée, rupture ou manque de solidarité entre les générations, course effrénée à l’argent facile et à la satisfaction matérielle au détriment des nécessités sociales et culturelles. (Lire la suite)

PARTENAIRE(S) :

Arts des Images et Art Contemporain – EA 4010 (Paris 8)

Archives Nationales (Paris)

Histoire des arts et des représentations (Paris Ouest) – EA 4414 (Paris Ouest)