L’IRRÉVÉRENCE AU CŒUR DE L’INSTITUTION

Comme l’ont montré de récents travaux sur la littérature latine (par exemple, B. Delignon – Y. Roman (dir.), Le poète irrévérencieux, Lyon, 2009), l’irrévérence des poètes anciens à l’égard du pouvoir pouvait, dans certaines circonstances, être acceptée, voire encouragée par un prince désireux de montrer que les voix discordantes et critiques étaient, sous son règne, en mesure de s’exprimer. Cette question est cependant fort peu abordée au sujet des arts visuels alors qu’elle s’y pose avec une acuité profonde : dans quelle mesure l’irrévérence peut-elle être pensionnée par le pouvoir ? (Lire la suite)

Porteuses du projet : Marianne Cojannot – Le Blanc 

                                           Évélyne Prioux

Partenaires au sein du labex

  • Histoire des Arts et des Représentations (HAR) – EA 4414
  • Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn) – UMR 7041